Marie-Jo Gallorini, chant   et Vincent Jost, piano

 

-airs italiens , français et allemands du 17ème, 18èeme et 19ème siècles-

 

 

-Gia il sole del Gange SCARLATTI

-O del mio dolce ardor GLUCK

-Amarilli CACCINI

-Porgi amor MOZART

-La Wally CATALANI

-Ombra mai fu HAENDEL

-Where'er you walk HAENDEL

-Come unti him HAENDEL

-Believe me MOORE

-Danny boy Trad. Irish song

-Les berceaux FAURE

-Les roses d'Ispahan FAURE

-L-île inconnue BERLIOZ

-Le spectre de la rose BERLIOZ

-Les chemins de l'amour POULENC

-Air de Thaïs MASSENET

-O ma lyre immortelle GOUNOD

 

Jean Paul Schiffmann

Responsable diocésain des orgues.

2, rue du Fays

25110 Voillans

 

Objet : ORGUE de la Basilique de FAVERNEY (70)

21 septembre

Messieurs,

 

     A la demande de Bernard Leuvrey et de Guy Maliverney, je me suis rendu à Faverney, le mardi 6 septembre dernier, pour constater l’état de l’instrument et prendre connaissance du projet de restauration.

Le grand-orgue de tribune qui se trouve dans la basilique Notre Dame la Blanche de Faverney est instrument de grande valeur.

Il est d’ailleurs protégé à titre instrumental par les Monuments Historiques depuis le 1er avril 1985.

Cet instrument n’est plus en état de marche depuis une trentaine d’années environ. Des propositions de restauration antérieures n’ont pas abouti. Un nouveau projet a été lancé par l’Association « 15h non-stop-orgue-grégorien » avec le soutien de la Municipalité de Faverney, bien consciente de la valeur patrimoniale de cet orgue. Le projet envisage une restauration complète et le déplacement de l’instrument dans le haut de la nef.

En annexe vous trouverez les notes de l’abbé Gabet réalisées pour l’inventaire diocésain dans les années 1950 ainsi que celles, sensiblement différentes, mentionnées dans l’Inventaire de la D.R.A.C. en 1985.

Ma première remarque sera de dire que la D.R.A.C doit être consultée étant donné la protection de l’instrument dans sa partie instrumentale. Le technicien-conseil donnera son avis sur la marche à suivre pour la restauration à conduire. De mon point de vue, je considère qu’il faut conserver à cet orgue son caractère d’origine et restituer les altérations qu’il a pu subir. Le matériel sonore, classé, est du plus haut intérêt puisqu’il provient des ateliers Verschneider.

Cette dynastie est connue surtout par sa branche lorraine (Les Frères Verschneider à Puttelange - Moselle) mais c’est Charles Verschneider, le plus jeune frère, qui signe l’orgue de Faverney en 1861, en collaboration avec Charles Spackmann Barker (inventeur d’un système de traction célèbre qui n’est pas utilisé à Faverney). Ces deux facteurs d’orgues étaient parisiens et se sont rendu célèbres par la reconstruction de l’orgue de Saint-Eustache à Paris. Charles Verschneider travaillait également dans l’atelier familial. Lui sont attribués également les orgues de Besançon Notre-Dame et de Naisey-les-Granges dans le Doubs. L’orgue de Faverney est donc précieux et de surcroit il est resté en grande partie dans son caractère d’origine. Bien entendu, comme c’est souvent le cas, lors d’interventions postérieures, il a été légèrement modifié. De 1883 à 1887, Louis-François Callinet l’entretient, en 1912, Théodore Jacquot le relève, en 1936, Louis Georgel fit quelques réparations et aurait installé l’actuelle Voix Humaine, enfin en 1956, la maison Haerpfer-Hermann intervient et refait une partie de la tuyauterie. Le facteur Jean Deloye, à la demande de Bernard Leuvrey, a examiné l’instrument et établi une estimation de restauration. Il nous a indiqué que vraisemblablement il n’y avait pas de jeux anciens datant du précédent instrument qui datait de 1698. Un examen approfondi de la tuyauterie permettra de s’en assurer ! (L’instrument précédent avait été construit par un moine de Faverney, Dom Violon).

En second lieu, je puis donner mon avis sur le projet de déplacement de l’instrument dans la nef. C’est une idée intéressante pour plusieurs raisons. Tout d’abord, visuellement, on est surpris par sa localisation actuelle : le buffet de style néo-gothique, formé de trois plates-faces cintrées (en ogives), est enfermé en arrière dans la tribune trop exigüe pour son importance. De plus, il cache une rosace qui est devenue, avec le temps, une nuisance surtout par grand soleil en apportant une chaleur excessive sur l’arrière du buffet !  Cela entraine des dégradations sur la mécanique et la tuyauterie. Le maintien de l’accord devait être problématique ? Je me rappelle avoir joué cet orgue dans les années 1965-66. Il sonnait mal et ne remplissait pas la grand-nef de manière satisfaisante. Le tutti faisait illusion, certes, mais les proportions des plans sonores étaient confuses. Il gagnerait certainement en présence sonore en bas dans le plus grand volume de l’édifice. L’Association envisage de l’installer en haut de la nef entre deux piliers sous la dernière arcade, avant le transept. Se pose alors la question de la perspective sur le plan visuel. Une consultation du Service diocésain d’Art Sacré serait la bienvenue pour avoir un avis sur ce point ! A priori, l’espace est suffisant, tout en laissant un passage derrière l’instrument, nous l’avons vérifié, Bernard Leuvrey et moi-même. Seules la façade du buffet néo-gothique et la console seraient apparentes : c’est le cas dans la magnifique Basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay ! Le résultat sonore, lui, serait très certainement incomparable, comme dit précédemment

. Dans le cadre du service liturgique, la proximité de l’organiste serait évidemment une commodité et l’impact sonore de l’orgue dans l’accompagnement du chant serait également très intéressant, la chorale pouvant se situer devant la console ! Lors de concerts, il est évident que cet emplacement rapprocherait l’organiste du public et d’autres instrumentistes le cas échéant. Sur le plan technique il serait indispensable par contre, si ce déplacement se fait, de prévoir une petite estrade pour isoler l’instrument du sol afin de le protéger de l’humidité

            Je reste à votre disposition pour avancer sur ce dossier et réfléchir à l’avenir de cet instrument précieux.

Cordialement

Jean Paul Schiffmann


20/11/16 : Consécration de l'autel, basilique de LUXEUIL

Articles de l'EST REPUBLICAIN du 23 & 24 novembre 2016

Pour visionner ou télécharger  les images cliquez sur la photo